Newsletter Mars 2021 : Alerte à la population

14 Avr 2022 | Newsletter

Chaque mois retrouvez un article sur la transition numérique des organisations en matière de sûreté, de sécurité et d’intervention terrain. Le mois de mars est dédié à l’alerte à la population.

Ce mois-ci retrouvez notre analyse exclusive de l’alerte à la population, habitants et employés avec l’intervention de Gilles Martin, Consultant Associé chez ATRISC.

Le mot de l’équipe Heropolis

Au nom de l’ensemble de l’équipe d’Heropolis, nous espérons que vous et vos proches êtes en bonne santé et que vous vous trouvez aujourd’hui en sécurité. 

Notre priorité est la sécurité des organisations et des collaborateurs. Découvrez comment Heropolis a permis à une première ville française de lutter contre la Covid-19.

Préambule

Gilles Martin expose le fait que pour “comprendre les problématiques et finalités autour de l’alerte à la population, la sémantique se doit d’être très précise.”

Il est nécessaire de distinguer :

  • Alerte : consigne univoque à la population pour la prévenir d’un danger imminent.
  • Information : tenir au courant des événements. 
  • Communication : transmission d’une quelconque information. 

La sirène a été efficace durant des décennies, ce signal fut suffisant. Aujourd’hui l’acculturation s’est modifiée, il est donc nécessaire de compléter ce dispositif avec d’autres canaux et moyens de communication et diffusion.

Les populations civiles et d’entreprises sont soumises aux mêmes risques, le terme « population » désignera la combinaison des habitants et des salariés. 

Information bibliographie : Guide ORSEC G4.

1. Les cas d’émission d’une alerte à la population

Lors d’un danger ou d’une menace imminente à l’égard de la population, il est nécessaire de faire une distinction de divers phénomènes car l’alerte ne sera pas la même. 

A titre d’exemple, l’alerte et sa diffusion ne seront pas les mêmes entre une augmentation lente du niveau de l’eau comme pour la Seine et une rapide lors d’un tsunami. 

La France est unique quant au traitement de l’alerte à la population. Un industriel peut se substituer aux pouvoirs du préfet dans le cas d’absence de décisions de la part de ce dernier, tel a été le cas pour Lubrizol en 2019. Autour de cette notion existe un flou juridique entre les compétences du privé et du public, cela n’est pas aussi clair que pour les usines nucléaires.

Afin de rendre efficace un dispositif quelconque il faut prendre en compte les paramètres TEOH : 

  • Technique : moyens utilisés (audibilité des sirènes, SMS, appels, …).
  • Environnement : propre à chaque alerte (différent entre un tsunami et un site SEVESO).
  • Organisationnel : nombre de personnes mobilisées, étendue à prendre en compte (organisation et diffusion différentes entre la crue de la Sein sur trois jours et montée des eaux dans le Sud en 40 min). 
  • Humain : acculturation des destinataires obligatoire

Les paramètres TEOH permettent une bonne coordination de l’ensemble des parties prenantes. Cependant, lors des exercices et autres essais, les citoyens ne sont jamais conviés. Ce manque provoque une détérioration de la qualité des paramètres TEOH et de lourdes conséquences en découlent. 

A ce sujet, Gilles Martin nous confie qu’il faut « avoir une réflexion globale sur la coordination de réponse aux alertes. Pour mener cette réflexion, il ne faut pas aller sur une vision métier mais plutôt sur une problématique transversale avec un portage des services du Premier Ministre, de la SGDSN et des autres parties prenantes ».

2. Types de contenu et préconisations

Le projet « Cap MultiCan Alert » porté par Atrisc, Gedicom les Laboratoires de recherches Espace et Chrome de l’Université d’Avignon et de l’Université de Nîmes a pour but de développer une solution multicanal pour les alertes.  

A ces fins, l’étude se porte sur tous types de canaux suivants les alertes :

  • Sirène longue ou courte ;
  • SMS long ou court ;
  • Beaucoup de négation dans les SMS ;
  • Appel avec une voix féminine, masculine ;
  • … . 

Le but étant de trouver le meilleur vecteur pour le fond, la forme et la portée pour maximiser l’efficacité du message. Il n’existe pas de solution miracle en cas d’alerte à la population, le multicanal semble être le plus plébiscité à l’heure actuelle.

Certes, la sirène est un élément entré dans les mœurs et que chacun connaît, mais savez-vous combien de séquences sont émises et leurs durées ? 

Comme évoqué précédemment, la population étant peu conviée aux exercices, son acculturation est partielle même pour l’écoute des sirènes. 

La finalité serait de parvenir à donner des métriques pour entrer dans l’action directement. Le protocole alerte développé par « Cap MultiCan Alert » permettrait la mise en place de paramètres et algorithmes pour des messages adaptés aux divers événements.  

Informations bibliographie :  

Rapport pour le CHEMI à la demande de la SGDSN (https://capalert.univ-avignon.fr/wp-content/uploads/sites/60/2020/10/Rapport-CHEMI-TERMINE-FR-Complet.pdf).

Projet de recherches « Cap MultiCan Alert » (https://capalert.univ-avignon.fr).

3. Moyens de communication

De facto, les réseaux sociaux sont synonymes de perte de fiabilité, informations non vérifiées, erronées parfois, alors qu’un tweet met 40 secondes à faire le tour du monde. Dans cette logique, l’association VISOV – Volontaires Internationaux en Soutien Opérationnel Virtuel – œuvre pour capter ces signaux faibles en cas de crise. Tous les canaux de communication sont pertinents, tout dépend des cibles visées. Gilles

Martin explique que pour la tranche des 15/25ans TikTok sera majoritairement utilisé, pour des tranches d’âges plus élevées, Facebook ou bien d’autres canaux sont à privilégier. 

La technologie SAIP, en projet depuis 2009 en France, verra le jour en 2022 à la suite du vote de la directive européenne « Paquet Télécom » en 2018. Il ne s’agira pas uniquement de SMS géolocalisés ou de Cell Broadcast mais un système hybride. 

Ce dernier permettrait aux décideurs d’effectuer un message comme pour la Covid-19 ou un message Cell Broadcast. Il n’existe pas de verrou technique quant au Cell Broadcast ou au détournement de certaines technologies. 

Au sein des voitures, la norme RDS utilisée pour les radios peut afficher un message d’urgence en toutes lettres. Au même titre, la technologie Cell Broadcast existe depuis 1997 (découverte à Sophia Antipolis, France). En 2016, l’investissement est accru sur l’innovation des sirènes au détriment de cette technologie. 

Information bibliographie : 

Association VISOV (http://www.visov.org).

Rapport du sénateur Vogel de 2016 (http://www.senat.fr/rap/r16-595/r16-5951.pdf).

4. Mesure du taux de pénétration d’une alerte

A travers le projet de recherche évoqué précédemment il existe deux métriques, l’audibilité (qui a reçu le message) et la compréhension (qui a les comportements adaptés). 

L’audibilité est mesurable suivant les canaux – SMS, nombre de « vu » sur les réseaux sociaux, nombre de tweet, … . Pour ce qui est de la compréhension, cela diffère. Le présent sujet n’est pas purement technologique ou même technique mais également sociologique.

Il se peut que le dernier maillon de cette chaîne soit le citoyen acteur de sa propre sécurité. Si 50% de la population a reçu une alerte alors elle peut se mobiliser pour communiquer et alerter les 50% restants. 

Toucher 100% d’une population est inenvisageable pour de multiples raisons, la mise est faite sur l’intelligence collective passant par la fédération au sein d’un quartier, des relais dans un lotissement ou encore une commune. 

5. Positionnement de la CNIL

Aujourd’hui il n’est pas nécessaire de connaître le numéro de téléphone ou la position des usagers pour les contacter. Le principe est le même que pour écouter la radio dans une voiture, par les ondes et les antennes relais présentes à proximité du téléphone.

Au sein du RGPD une partie est dédiée à la technologie Cell Broadcast et aux SMS inhérents à des alertes de masse.

Il est précisé qu’en cas de péril imminent il est possible de s’affranchir du RGPD. A travers la France une volonté de développement de ces

technologies est en route. Dans le Bassin du Havre, les entreprises déploient leur propre réseau de 5G et d’alerte aux collaborateurs. 

Pour les métropoles, les alertes téléphonique « GALA » se font peu à peu remplacer par des applications propres aux métropoles. Ces dernières ne répondant pas aux besoins de la population, sont délaissées. Il n’est pas inconcevable que les métropoles souhaitent à termes, une technologie Cell Broadcast à leur échelle.

Une question demeure en suspens, pourquoi les alertes ANSSI ou CERT ne sont pas diffusées à l’ensemble de la population ? 

Heropolis dans tout cela ?

Ce sujet est traité dans notre concept de gestion de risques pour les entreprises et les villes, avec la gestion des PPMS, alertes email, notifications, SMS et messages vocaux avec un suivi statistique sur les envois, lectures et confirmations.

Informations

  • Heropolis participera au Salon ExpoProtection Sécurité, du 28 au 30 septembre 2021. 
  • La plateforme-catalogue Le Monde de la Sécurité sortira en mars 2021, pour consulter le site cliquez ici
  • Heropolis met en place une série de newsletter dédiée à la gestion de crise, celle du mois d’avril sera consacrée à l’analyse de la gestion de crise notamment en salle virtuelle